Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agrégation interne histoire géographie

Présentations

24 Avril 2016, 10:15am

Publié par FD

Présentation du blog

Ce blog, ouvert en juin 2014, a reçu plus de 30.000 visites deux ans plus tard avec un pic de 155 visiteurs au lendemain des résultats d'admissibilité 2016 ; sur 240 admissibles cela signifierait que 2/3 des candidats sont venus chercher des informations sur les épreuves à venir. Il a donc trouvé sa place au milieu des dispositifs institutionnels et des parcours individuels de préparation au concours, comme en témoignent les très nombreux messages de remerciement adressés par des collègues isolés : éloignement des centres de formation, absence de dispositif académique de formation, outre-mer, lycées de l'AEFE et même non-enseignants en reconversion...

Résultant d'une initiative personnelle, ce blog se fixe avant tout comme objectif d'outiller et d'accompagner les collègues dans leur préparation, non du point de vue des contenus scientifiques mais sur des aspects méthodologiques. Il guide, conseille, définit des méthodes qui ne prétendent être ni uniques ni universelles. Chacun construira son propre parcours butinant ici et là, prenant ce qui lui semble opportun et délaissant le reste. Comme pour un sportif de haut niveau, la préparation d'un concours est un exercice personnel où l'expérience d'un tiers n'est qu'un exemple relatif, jamais un modèle absolu.

Tenir un blog est contraignant. Depuis 2016 il évolue peu du fait d'un changement professionnel.

Je remercie néanmoins les encouragements et les commentaires toujours constructifs qui m'ont été adressés ainsi que les contributions ponctuelles pour compléter ou enrichir certains articles.

 

Fréquentation du blog au 18 avril 2016
Fréquentation du blog au 18 avril 2016

Fréquentation du blog au 18 avril 2016

Présentation un peu personnelle

Après bien des tergiversations et des défaillances dans ma motivation, j'ai passé l'agreg interne en 2013. Après avoir traversé l'épreuve de la maladie et au bénéfice d'un congé formation maintes fois demandé et finalement obtenu, il a fallu me résoudre à affronter l'exercice. Car la préparation est en soi une épreuve physique et mentale, de surcroît vingt ans après avoir quitté la fac, et un an après une chimiothérapie ravageuse qui laisse le cerveau à l'état de masse inerte.

C'est pourquoi j'ai retardé jusqu'au dernier moment la confrontation avec une réalité redoutée, celle-ci devenant effective au 1er octobre, date de mon congé. Ce n'est qu'à ce moment-là que j'ai commencé à ouvrir les premiers livres. Expérience vertigineuse du temps qui passe ! Puis, peu à peu, le cerveau gagne en efficacité, l'attention s'affûte. Comme l'athlète qui prépare un marathon, il faut trouver le rythme de l'effort et progresser pour arriver au sommet de ses capacités ni trop tôt ni trop tard.

Eloigné des bibliothèques universitaires, que je n'ai jamais fréquentées dans ma préparation, astreint à une présence hebdomadaire aux mercredi après-midi de l'Espé imposant des déplacements fastidieux, j'ai beaucoup travaillé seul, échangeant avec une collègue d'un département voisin également en congé formation. Sept mois plus tard je reprenais le chemin de l'école, lauréat chanceux d'un concours exigeant mais pas inaccessible. Pour réussir une préparation entamée en octobre et résister à la solitude, l'urgence commande de trouver une certaine efficience : calendrier et rythme de travail stricts, équilibre physique et mental, hygiène de vie. La variété des formes d'étude est aussi importante : lecture, prise de note pour rééduquer l'écriture manuscrite, écoute de podcast notamment lors des déplacements, sorties "utiles" (librairies, expositions, sites...). Surtout, il importe d'éviter de se fourvoyer dans l'inutile (se perdre sur internet, s'oublier dans des forums ou des échanges stériles, se lancer dans des fichages d'ouvrages...).

D'enthousiasmes en déceptions, de découragements en hardiesses, je suis passé comme chaque candidat par toutes sortes de remise en cause, tenté comme d'autres d'abandonner. De ce point de vue l'exercice est fragilisant. Pourtant, quelle saveur de se replonger dans des lectures savantes, de retrouver le contact avec l'histoire et la géographie telles qu'elles se font et se pensent aujourd'hui. S'engager dans l'agrégation interne est salutaire, une sorte de bain de jouvence intellectuel, surtout quand on a passé la quarantaine. Reste l'incertitude de l'issue.

Pour accompagner les nouveaux audacieux, j'ai souhaité partager quelques enseignements de cette expérience heureuse, au milieu sans doute de dizaines d'autres très différentes mais aussi riches.

Franck DAVID

Commenter cet article
V
Bonjour,<br /> Je compte préparer l'agrégation interne d'histoire-géo en 2017. J'ai lu votre message de présentation et il me donne du boum au coeur!<br /> Merci de partager les informations sur votre blog!<br /> <br /> Bien à vous<br /> <br /> Vanessa
Répondre
N
Je viens de commencer ma préparation pour l'an prochain et votre blog est le premier sur lequel je suis tombée: il m'a déjà appris beaucoup de choses, et je sens que ce n'est qu'un début. Merci beaucoup pour votre investissement!
Répondre
V
Merci pour vos précieux conseils. Serait-il possible d'avoir des exemples de sujet pour se faire des écrits blancs ?
Répondre